Prenez part à la chaîne pour les animaux

Prenez part à la chaîne avec votre photo ou une photo déjà établie et dites au gouvernement australien qu'il est temps de mettre un terme aux exportations brutales d'animaux vivants.

 

Chaque année, l'Australie expédie par bateau des millions d'animaux à l'étranger. Ils seront abattus dans des pays où s'appliquent d'insuffisantes lois de protection des animaux.

 

Pendant ces trajets, les animaux souffrent de stress thermique, de la faim, de maladies et d'une forte promiscuité, résultant souvent en une mort lente et terrifiante. Ceux qui survivent seront tués dans de mauvaises conditions, le plus souvent en état de conscience. En ajoutant votre photo, vous ferez partie d'une pétition mondiale appelant le gouvernement australien à arrêter ce commerce cruel. Les photos seront comptabilisées et les plus emblématiques seront présentées au gouvernement.

En quoi ma photo va-t-elle aider?

 

L'Australie, un magnifique pays... Malheureusement, ses beautés ne cachent pas la laideur de son commerce d'animaux vivants. Chaque année, des centaines de milliers de têtes de bétail sont exportées vivantes en Indonésie. Près de quatre millions de moutons sont exportés au Moyen Orient. Ces moutons peuvent endurer des voyages en mer d'une durée de 21 jours, dans des températures pouvant atteindre les 50 degrès.

 

Entassés à trois dans un mètre carré, beaucoup meurrent durant le transport. Pour ceux qui parviennent à destination, ils sont sujets à une mise à mort brutale, souvent devant d'autres animaux, dans de mauvaises conditions. Aujourd'hui, la question des exportations d'animaux vivants fait la une des média en Australie et le gouvernement passe en revue ce type de commerce. C'est donc maintenant qu'il faut faire savoir au gouvernement australien que le monde a les yeux rivés sur lui et qu'il doit mettre un terme à ce commerce cruel. En ajoutant votre photo, vous prendrez part à une pétition à l'échelle mondiale.

 

JE SOUHAITE AJOUTER MA PHOTO

 

FACT

Les animaux dans le commerce d'exportation d'animaux vivants sont chargés sur des bateaux à multi-étages extrêmement serrés et passent des semaines dans ces conditions émaciées avec tellement peu d'ouvriers que même les soins de base sont impossible à garantir. La famine, l'exposition aux températures extrêmes, et les maladies douloureuses et débilitantes sont communes, ayant pour résultat les décès de milliers d'animaux à bord de ces bateaux chaque année. En Australie, un pays qui prétend être un leader de l'industrie, plus de 2.500.000 moutons, bétail, et chèvres sont morts sur des bateaux d'exportation d'animaux vivants depuis 1981.

 

Après ce voyage de l'enfer, les animaux sont alignés pendant un jour ou plus longtemps, attendant pour être déchargés. Les nombreux qui ne peuvent pas se tenir debout sont battus avec des barres en métal et frappés à coups de pied par des ouvriers. S'ils ne peuvent pas marcher ou ramper, ils sont traînés hors du bateau par leurs oreilles et leurs pattes.

Le prochain arrêt pour les animaux est le marché vivant. Des petits opérateurs ou des personnes qui les abattront à la maison achètent les animaux. Pour le transport, les moutons sont attachés dans les coffres de voiture, jetés sur des supports de toit ou à l'arrière de camions, ou même attachés aux motocyclettes. Déjà épuisés par les semaines de dur transport, les animaux peuvent seulement observer sans ressource pendant que leurs compagnons de bord sont tués et ils attendent craintivement un destin qui serait illégal en Nouvelle Zélande.

Les exportations d'animaux vivants de Nouvelle Zélande ont été arrêtées en 2004 quand plus de 5.000 moutons sont morts sur un bateau australien en route vers l'Arabie Saoudite, incitant un tollé public énorme. En dépit de l'opposition publique, le gouvernement de Nouvelle Zélande considère la réouverture du commerce d'exportation d'animaux vivants.

Écrire commentaire

Commentaires : 0